Exposition Internationale «L'eau et le Développement Durable»

Saragosse • Eté 2008 • 34° à l'ombre

Pour comprendre cette Expo, il faut arriver en voiture depuis Bordeaux (c'est aussi loin que Montpellier ou Rennes), passer nos Pyrénées rieurs et traverser l'Aragon. Ce sont des paysages secs, arides, terribles visions de sécheresse permanente, de déserts hostiles... d'où émergent des champs de capteurs solaires et d'éoliennes !
Et puis d'un coup c'est Saragosse, 5e ville d'Espagne, grande comme Bordeaux, occupée 5 siècles par les musulmans, très abîmée par la guerre d'indépendance, rebâtie au XIXe / XXe... Ce n'est pas l'Espagne que les Bordelais connaissent : la rambla de Barcelone, les tapas de San Sebastien, les plages de Cadix ou d'Alicante... c'est une Espagne austère, dure, parcourue de pèlerins et religieux venus pour la Vierge du Pilar, une Espagne sèche, qui regarde les méandres de l'Ebre s'étirer au loin. Ici plus qu'ailleurs, la question de l'Eau est cruciale.

Le site et l'organisation de l'Exposition internationale sont assez classiques : 25 hectares de Pavillons, 140 pays, 10 expositions sur l'Eau et le DD, plus de 100 évènements par jour, plus de 4 millions de visiteurs... (le reste sur www.expozaragoza2008.es ).

J'avais deux regards sur cette exposition :
- celui de la réflexion environnementale en général : rassembler encore et toujours de l'information, des points de vue, des chiffres, des actions exemplaires que l'on pourrait reproduire ; être à l'affut des nouveaux projets, des expériences et des tendances...
- celui du "professionnel", organisateur d'éco-évènement, architecte et scénographe d'expositions éco-conçues, toujours à l'affut de nouvelles méthodes, mises en forme, procédés, matériaux respectueux de l'environnement. J'étais à Séville en 1992, à Hanovre en 2000...

Au niveau de la réflexion environnementale, il y avait de quoi être totalement heureux : déluge d'informations, 8 expositions magnifiques et ultra-intelligentes pour sensibiliser le public, prouesses scénographiques, inventivité... un boulot remarquable et enthousiasmant ! Mon réflexe : vite, acheter les livres pour ramener ces informations !!!
Las ! Sur le site une seule petite "librairie" et 4 livres très jolis mais assez décevants... Peut-être seront-ils imprimés plus tard ? Je ne peux penser que cette formidable recherche documentaire passe à la trappe le 14 septembre !
Prix orange : "l'eau, une ressource unique", exposition lovée dans le pavillon-pont de Zaha Hadid, des messages très agressifs, une prise de conscience violente dans une ambiance inouïe... superbe travail.
Prix citron : les pavillons des pays qui ne traitaient quasiment jamais du thème, faisaient juste "vitrine touristique", voire vente d'objets folkloriques !!!
Prix cocorico : la France s'en sort bien avec un pavillon à moitié occupé par une exposition pédagogique très intelligente et très belle sur l'Eau en général et une autre moitié sur l'eau des Pyrénées (voisinage oblige !). Quelques troncs d'arbres dans un coin pour parler de l'écologie en Aquitaine... bof...

Au niveau de l'organisation de l'évènement, on ne peut être que partagé : à partir du moment où l'on fait venir 4 millions de personnes sur un site (avion, voitures...), que l'on bétonne 25 hectares et que l'on remplit plusieurs centaines de milliers de mètres carrés de climatiseurs, éclairages, panneaux plastiques et autres décors... on n'est jamais très "écolo" !
Mais on peut essayer de faire le moins mal possible, ce qui a été fait : tri des déchets très organisé, sanitaires recyclant au fur et à mesure, brumisateurs dès que possible, reconversion du site "en quartier d'affaires" après l'Expo, gobelets achetés et re-remplis à chaque utilisation...

Malgré tout, je reste très sceptique sur deux points :
- les choses en vente : un déluge de gadgets plastiques stupides, laids et "Made in China" ; une nourriture industrielle immonde ; des souvenirs idiots... à croire que les visiteurs seraient sensibilisés d'un côté et remis dans le droit chemin de la Consommation aveugle dès l'exposition visitée ? 

- l'architecture : certes, les architectes comme pour chaque Expo s'en sont donnés à cœur joie, mais un seul bâtiment était éco-conçu, celui des initiatives citoyennes (
www.elfaro2008.org ), c'était aussi le plus engagé, dénonçant les scandales de l'Eau à travers le Monde. Matériaux naturels, construction en bois, paille et terre, climatisation et ventilation naturelles, structures démontables et réutilisables, éclairage basse consommation, lieu de débats permanents, manips pédagogiques, personnel associatif mobilisé, boutique équitable... en tous points remarquable ! Quel dommage que le reste n'ait pas été à l'unisson !
Prix orange : El Faro, allez sur leur site !
Prix citron : l'organisation générale. Il y aurait pu y avoir un cahier des charges contenants / contenus des pavillons pour que le sujet soit bien traité et dans un environnement "conforme"... le DD n'est pas un sujet comme les autres, c'est de la mise en place de notre futur qu'il s'agit...

En conclusion : on a encore du boulot, les amis !

Olivier Demangeat