Enfin, des bonnes nouvelles du secteur économique français

Publié le

A l’heure où nombre d’entreprises licencient ou mettent leurs salariés au chômage technique, Suez environnement et Véolia embauchent.
Suez a prévu pour sa part, 1 800 recrutements en 2009.
Le secteur de l’économie verte se porte bien, il représentait en 2008, 400 000 emplois – soit bien plus que le secteur automobile- pour un chiffre d’affaires avoisinant les 60 milliards d’euros. Et ce n’est que le début. En 2020, ce secteur pourrait représenter 700 000 emplois !
 
Les domaines concernés sont nombreux

Les transports via notamment le ferroviaire et le tramway pourraient à eux seuls créer 14 000 emplois directs en France d’ici à 2012.
Le secteur automobile et les projets de véhicules électriques pourraient dans une moindre mesure être pourvoyeur d’emplois.

Le traitement de l’eau et des déchets, dont les deux leaders mondiaux sont français, fournit une grande majorité des emplois aujourd’hui. La demande s’accentuant, il est à parier que les créations d’emplois suivront.

Mais le secteur qui devrait connaître la plus grosse croissance est l’artisanat du bâtiment et les entreprises qui proposent de la rénovation thermique et des nouveaux équipements de chauffage.
En adoptant le « triple 20 » : réduction de 20% des émissions à gaz à effet de serre, porter à 20% la part des énergies renouvelables et réaliser 20% d’économies d’énergie, le tout d’ici à 2020, l’Europe s’est doté d’un vrai plan de relance de l’économie.
800 000 logements privés à rénover et au moins 100 000 logements sociaux, auxquels il faudra ajouter tous les bâtiments publics.

L’économie verte représente un formidable gisement d’emplois, il faut le répéter, le faire savoir afin que les filières continuent de se structurer, que les matériaux soient plus accessibles, les salariés mieux formés et les acheteurs plus nombreux encore

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article