Paul Virilio, le météo politologue

Publié le

Conçues par l'urbaniste et l'essayiste Paul Virilio, pour l'exposition conjointe avec Raymond Depardon à la fondation Cartier, 2 installations visent à mettre en évidence "la dimension cosmique et la tragédie en cours".

Paul Virilio réfléchit depuis 30 ans à un phénomène industriel, électronique, médiatique boursier universel : la VITESSE qui a bouleversé notre époque.

"Entendez l'extraordinaire accélération que connaissent les transports terrestres, aériens, spatiaux qui rapetissent notre Terre, mais aussi les communications et télécommunications qui abolissent le temps et les distances pour nous faire vivre dans l'instantané."

"Après l'ère révolutionnaire, après le chant du progrès, nous entrons dans l'ère "révélationnaire". La révélation que le monde est fini, menacé d'épuisement, devenu trop petit pour nos sciences, nos techniques, nos machines."

Dans les sous-sols de l'exposition, "Terre Natale ailleurs commence ici" de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paul Virilio a installé une station météo et un stock exchange, 2 cartes montrant dans un cas qu'il est impossible de réfléchir à la politique des états nations, des frontières et des libertés individuelles sans tenir compte des nouvelles données météorologiques au sens large : du réchauffement climatique aux bombes téléguidées et dans l'autre cas, les mouvements de population autour du monde : migrations climatiques.

Selon Paul Virilio, "la plupart des hommes se transformeront les uns en "nomades partout chez eux, les autres en sédentaires habitant nulle part."

Une exposition qui nous fait penser à certains écrits de Jacques Attali, une exposition qui nous conforte dans l'idée qu'il faut agir vite partout de toutes nos forces.


Sources Le Monde

Publié dans Acteurs - Experts

Commenter cet article

Olivier 06/12/2008 18:25

lire entre autres : "Cybermonde, la politique du pire" et "Ce qui arrive", exploration de la "philifolie" : un progrès devenu suicidaire...