Réduction des déchets : les vérités qui dérangent

Publié le par Stéphanie

Pour faire suite à notre article d'hier, concernant l'usine Astria...

 

Un autre point de vue, une autre façon d'appréhender la gestion des déchets, qui nous conforte dans l'idée que le débat est plus que primordial. 

Les réponses sont loin d'être trouvées ... mais le plus important est que nous échangions et réfléchissions ensemble à ces enjeux.

 

Article proposé par Olivier :

Le problème couve depuis de nombreuses années à cause de la différence d’objectifs des deux grands organismes que sont l’Ademe et Eco-emballages.


Rappelons que l’Ademe (établissement public placé sous la tutelle des ministres chargés de la recherche, de l'écologie et de l'énergie) prône la réduction des déchets : “le meilleur déchet est celui qui n’existe pas” ; tandis qu’Eco-emballages, entreprise privée française, collecte la contribution obligatoire “point vert” servant à financer l'organisation du tri sélectif dans les communes. Plus il y a d’emballages qui cotisent, plus Eco-emballages récupère d’argent...

Dans ce contexte, le 22 novembre débutait la Semaine nationale de la réduction des déchets. A cette occasion, Agir pour l’environnement et le CNIID (Centre national d’information indépendante sur les déchets) rendent publique une enquête menée sur les freins actuels à une véritable politique de prévention des déchets ménagers en France. Ce dossier met en évidence les mécanismes de défense des intérêts des industriels et l’absence de volonté politique forte de l’Etat.
L’enquête analyse ainsi les trois points de blocages suivants :
1. L’immobilisme des industriels sur la réduction de leurs emballages
2. Le lobbying fait par certains industriels sur les pouvoirs publics
3. Une volonté politique déjà insuffisante dépassée par des priorités économiques.

L’enquête formule des demandes précises au Ministre en charge de l’environnement pour que la réduction des déchets ne se limite pas à une semaine par an ! Rappelons que « 99% des ressources prélevées dans la nature deviennent des déchets en moins de 42 jours. »
Plus que jamais nous devons changer nos façons de consommer : ne pas produire toujours plus de déchets sous prétexte qu’ils sont recyclés, mais en produire moins et gérer autrement les déchets existants par exemple grâce au réemploi...

L’enquète est édifiante, elle se télécharge là :
http://www.agirpourlenvironnement.org/pdf/dossierdechet.pdf


Publié dans Déchets

Commenter cet article