Palmarès 2008 de la créativité durable de nos villes

Publié le par Alexandra

Le magazine "ça m'intéresse" nous livre dans son numéro d'octobre le palmarès des initiatives durables dans les villes françaises : Voici quelques uns des résultats :

- Bordeaux : des citronniers sur les rives de la Garonne au Jardin Botanique " l'objectif est de présenter les plantes sous un angle écologique de montrer qu'elles ne sont pas figées dans la terre qu'elles luttent pour s'adapter aux contraintes" souligne Dominique Vincent, directeur adjoint.

- Montpellier : des épluchures transformées en gaz de ville. La ville collecte dans des poubelles oranges les biodéchets en plus des emballages recyclables (poubelle jaune) et des autres déchets (poubelle grise).

- Rennes : Le guide à garder pour ne plus rien jeter. Rennes Métropole incite ses habitants à réparer, louer, vendre ou échanger leurs objets, elle a publié un guide du réemploi (90 pages qui recensent 600 professionnels de la réparation et de l'occasion. Rennes Métropole a même mis en place une recyclerie en partenariat avec Emmaüs pour valoriser les objets qui peuvent être réemployés.

- Mérignac : Une aide financière pour s'équiper écolo. Composteurs, réducteurs de pression d'eau, récupérateurs d'eau....

- Dunkerque : à l'école du Développement Durable. La Communauté Urbaine de Dunkerque a ouvert un espace de 1 500 M2 dédié au DD.

- Mulhouse : La boîte en carton qui lutte contre le réchauffement climatique comprenant des ampoules basse consommation, réducteurs de débit d'eau pour la douche et pour l'évier, thermomètre à alcool pour inciter les habitants à baisser le chauffage en hiver.....

- Saint Etienne : des panneaux photovoltaîques installés sur le toit du ciel.

- Honfleur : crèche écologique (couches lavables, chauffage au bois recyclé, repas bio....)

- La Rochelle : les voitures municipales roulent à l'huile.

- Carchaix : une monnaie virtuelle pour soutenir les plus démunis. Cette carte de fidélité instaure une monnaie virtuelle : à chaque euro dépensé son titulaire engage dix centimes d'euros qu'il pourra dépenser dans l'une des huit boutiques sociales et environnementales. (librairie, boutique de diététique, marché bio....).Des sols sont distribués gratuitement aux foyers les plus modestes.

On pourrait rêver que chaque ville s'inspire des bonnes trouvailles des autres et l'applique très très vite ...

Publié dans Bonnes pratiques

Commenter cet article

Olivier 29/10/2008 05:50

Je n'ai pas lu cette revue, mais je crois bien que le directeur adjoint du Jardin botanique s'appelle Dominique Vivent...