La France serait elle condamnée au non choix énergétique ?

Publié le par Alexandra

C'est une question qui mérite d'être posée. Le figaro l'a soulevée cette semaine.

La France n'a pas été dotée par la nature de grandes ressources énergétiques. Du charbon difficile et dangereux à exploiter, un peu de gaz naturel, pratiquement pas de pétrole, des sites hydroéléctriques intéressants mais progressivement équipés.

La France a donc été longtemps une grande importatrice d'énergies.Puis vint le temps du premier choc pétrolier et celui du plan Messmer dotant la France du premier parc éléctronucléaire d'Europe et engageant déjà la population à faire des économies d'énergies.

34 ans après la donne n'a finalement pas beaucoup changé. Le nucléaire a l'air d'être inscrit dans le paysage français à long terme même si le nucléaire ne peut pas nous permettre d'assumer l'indépendance énergétique de la nation.

Pour le reste pétrole et gaz ont l'air incontournables. Restent les
énergies nouvelles dont on vous parle régulièrement mais elles sont dispersées et peu concentrées.

Finalement nos choix restent limités. Peut on d'ailleurs parler de choix? Seul le changement de nos habitudes grâce à un rappel constant des messages pour que les consommateurs fassent le bon choix, semble être l'axe de progression le plus prometteur et probablement le plus réaliste.

Qu'en pensez vous?

Publié dans Energies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 13/10/2008 17:04

Réduire un peu, oui, diversifier beaucoup (ici un poêle à bois, là un mur-trombe, une meilleure isolation, une éolienne dans mon jardin venteux, un peu de géothermie par-çi...) et des capteurs solaires sur tous les toits : couvrir la moitié des toits de France suffirait à répondre à nos besoins en électricité !
Reste à stocker ça mieux, à améliorer les rendements... bref, des sous pour la Recherche... plein !