Pour le développement durable non plus, la norme ne règlera pas tout

Publié le par Alexandra

Pendant Agora à Bordeaux, rencontre sur l'architecture, l'urbanisme et le design les 11, 12 et 13 avril derniers, Nicolas Michelin architecte de renom, nous a relaté cette anecdote.

Dans le cadre d'un de ses projets urbanistiques, il a proposé que le système de ventilation se fasse par la voie naturelle du vent. Cela semble évident, et pourtant ...de nombreux obstacles se sont dressés face à ce projet, parmi lesquels des problèmes d'autorisation et d'assurance.

Ces deux obstacles fondamentaux ont été levés grâce à la détermination de l'architecte et l'appui de quelques décideurs convaincus, OUF !

Pour autant ce projet de bon sens ne se fera pas... Car, ... il n'est pas conforme à la réglementation RT 2005. Réglementation qui est pourtant censée concourir à la mise en oeuvre de deux objectifs :
- réduire la consommation énergétique,
- faciliter l'exploitation des énergies renouvelables.

L'issue du Grenelle de l'environnement s'est voulue normative pour inciter toute la chaîne du bâtiment à concevoir et produire autrement.
L'issue du Grenelle de l'environnement est vraiment trop normative risquant de couper cet élan de bon sens et de créativité qui s'est emparé de nos bâtisseurs.

Pour protéger la planète... il faut des normes bien sûr. Des normes qui permettront de guider les professionnels et les particuliers, d'imposer quand il le faut, de réglementer les pratiques. Mais la norme ne peut pas tout ! Alors une solution, tout au moins pour l'architecture et les bâtiments, consiste peut être dans la création de zones franches où l'expérimentation, où la création, où l'ambition seraient possibles ?

Publié dans habitat - construction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article